Principes de base

Certains membres de l’Unité Technique et/ou des délégués des acteurs pourraient suivre des missions d’expertise court terme pour être capables d’assurer ensuite des missions particulières au sein de l’UTAC, notamment en matière de suivi.

L’Unité Technique utilisera entre autres, la concertation, la négociation, l’organisation d’une communication régulière aussi bien en son sein qu’en dehors.

Un principe de partenariat

  • Le partenariat repose sur la reconnaissance mutuelle, l’organisation d’une concertation, d’une communication et d’une dynamique visant la réalisation d’objectifs précis, mesurables en termes d’amélioration des prestations de santé et de fonctionnement du système de santé.
  • Le partenariat se concrétise par une collaboration au quotidien avec le Ministère en Charge de la Santé Publique aux différents niveaux central, régional et périphérique

Un processus, ou une approche par étape

Le Partenariat dans le cadre de la distinction des rôles et des liens contractuels entre les responsables de différentes fonctions (Régulation au sens large : Etat et Prestations : les formations sanitaires privées) est un processus qui se vit et ne s’impose pas de façon théorique et uniforme. C’est une approche par étapes, qui passe notamment par des expériences pilotes, de l’information, de la concertation, et qui laisse aux acteurs concernés le temps de comprendre, de douter, de débattre …

Le programme de subvention du C2D santé part d’un accord avec trois grands prestataires de soins, mais s’achemine vers un élargissement à d’autres prestataires et le Ministère de la Santé Publique vise ensuite la mise en place d’une véritable politique de contractualisation au niveau national : central, régional et périphérique

Une appropriation des compétences et du savoir – faire

Le recours à l’expertise externe aux partenaires et aux acteurs doit leur permettre d’assurer pleinement leur rôle en tant qu’institution de santé en matière de gestion, de contractualisation au sein de la carte sanitaire, pas de confier le travail à un tiers.

L’expertise, même de courte durée, se conçoit comme un accompagnement, un appui : chaque consultant travaillera avec l’Unité Technique et à tout le moins en permanence avec un ou deux « points focaux », selon le sujet de l’expertise.

Entre eux les acteurs auront à échanger, capitaliser, améliorer les acquis et les bonnes pratiques de chacun.

L’harmonisation : une recherche de simplification et d’efficacité

Les réseaux du sous-secteur privé à but non lucratif de la santé et le Ministère de la Santé Publique devront, avec l’aide de l’Unité Technique :

s’ouvrir à l’approche sectorielle,

  • travailler dans l’optique d’une déconcentration ou d’une décentralisation,
  • veiller à la participation groupée aux formations, au partage et à la circulation de l’information,
  • veiller à l’information et à l’accompagnement de nouveaux candidats partenaires,
  • travailler vers une harmonisation des outils et des pratiques, non seulement au sein de chaque institution, mais aussi entre elles, et finalement au sein du système de santé dans son ensemble.